Antoine Compagnon, de la littérature comme sport de combat (Cours et séminaires 2016-2017)

Antoine Compagnon, « de la littérature comme sport de combat »

« D’une plume de fer sur un papier d’acier », c’est ainsi que Ronsard, combattant de la cause catholique et royale, s’adresse à Catherine de Médicis en 1562. « The pen is mightier than the sword », résumera Edward Bulwer-Lytton dans son drame Richelieu en 1839. Gautier disait de Scudéry, le capitaine Fracasse, qu’il « quittait l’épée pour la plume et ne se servait pas moins bien de l’une que de l’autre ». Depuis Homère et Hésiode, la poésie est aussi une agonistique ou une pugilistique. Au XIXe siècle, il est partout question de duel, d’éreintage littéraire. Au XXe, l’image de la boxe a pris le relais chez Hemingway ou Montherlant. La longue histoire de la métaphore de la « plume de fer », puis de l’« escrime », de la « boxe littéraire », sera explorée.

 

UPL136940259376951836_Antoine_Compagnon_Seminaire_2017