Colloque international Critique et éthique Points de vue croisés 1

Colloque international organisé par Jean-Charles Darmon (UVSQ-USR « République des savoirs » CNRS-ENS-Collège de France) et Thomas Pavel (Université de Chicago).

 Ce colloque s’inscrit dans le cadre d’une collaboration entre le Centre de l’Université de Chicago à Paris et le Centre de Recherche sur les Relations entre Littérature, Philosophie et Morale (composante de l’USR « République des Savoirs » USR 3608) Il bénéficie du soutien de l’Institut Universitaire de France et se tiendra le 9 novembre 2015 au Centre de l’université de Chicago à Paris (6 rue Thomas Mann, Paris 13ème) et le 10 novembre à l’ENS de Paris (29 rue d’Ulm, 2ème étage, salle 235 C)

 

Le moment présent est marqué par un regain d’intérêt considérable pour une question très ancienne : celle des rapports entre littérature et morale. Regain d’intérêt que l’on doit notamment à tout un versant de la philosophie morale anglo-saxonne de ces dernières décennies, posant avec insistance les questions suivantes : de quels types de connaissances morales la littérature est-elle porteuse ? Dispose-t-elles de pouvoirs spécifiques dans le domaine de la vie morale ? Pourquoi « avons-nous besoin de la littérature, en plus de la science et de la philosophie, pour nous aider à résoudre certains de nos problèmes ? » (Jacques Bouveresse)
Or, cet intérêt philosophique pour la dimension morale de la littérature s’est souvent affirmé à l’encontre d’une certaine conception de la critique et de la théorie littéraire qui culmina dans la France des années structuralistes, conception stigmatisée par les tenants de l’ « ethical theory » comme trop étroitement « textualiste ». Serait-il pertinent d’évoquer, aujourd’hui, un pouvoir d’entraînement de pareils questionnements éthiques venus de la philosophie morale sur la critique littéraire elle-même ? Voire d’un ethical turn de la théorie de la littérature, succédant à un linguistic turn déjà lointain ?
Inversement, du côté de la critique littéraire, on a pu, ici et là, se demander si le souci de restituer une dimension éthique au « fait littéraire » n’a pas conduit à ignorer certaines de ses spécificités majeures, tantôt en favorisant un retour de certaines formes de didactisme, ou de « moralisme », tantôt en appauvrissant la complexité, voire l’ « inquiétante étrangeté » des expériences que la littérature propose bien souvent en matière de morale. Expériences singulières susceptibles de produire des effets de perplexité qu’il est parfois bien difficile de caractériser et d’évaluer à l’aune de la philosophie morale .
En pareilles matières, il importe de prendre en compte toute une série de continuités et de ruptures entre divers types de traditions herméneutiques et d’usages éthiques de la littérature ; et aussi de solliciter chemin faisant des domaines disciplinaires trop souvent séparés, mais ici inséparables : histoire de la littérature et des institutions qui lui furent liées, théorie littéraire, philosophie morale, théorie esthétique… L’enquête collective que nous souhaitons mener à l’occasion de ce colloque aura pour souci premier de mettre en perspective ces interrogations présentes au sein d’une durée longue, et de proposer quelques variations de point de vue significatives sur les relations entre littérature et morale, ressaisies en différents moments de leur histoire.

 

9h 30 Jean-Charles Darmon et Thomas Pavel :

Présentation du colloque

Matinée Présidence : Thomas Pavel

10h Conférence de Robert Pippin (Université de Chicago) : « La fiction philosophique : sur Elizabeth Costello de J. M. Coetzee »

10h 50 Carole Talon-Hugon (Nice, IUF) : « Contextualiser les différentes formes d’efficacité morale attribuées à la littérature

11h 45 Pause

12h Guiomar Hautcœur (Paris VII) : « La sagesse du suspens »

12h 50 Déjeuner

Après-midi Présidence :  Jean-Charles Darmon

14h Marion Renaud (Nancy) « La littérature est-elle nécessairement innocente ? »

14h 50 Frédérique Leichter-Flack (Paris Ouest): « Y a-t-il un bon usage littéraire des situations moralement insoutenables? »

15 h 45 Pause

16h Jean-Baptiste Amadieu (CNRS, USR « République des savoirs » (CRRLPM) : « Jugement moral et analyse littéraire chez les censeurs
de l’Index »

16h 50 Jacques Le Rider (EPHE) : « La culture peut-elle se passer de la censure ? Un débat viennois (Sigmund Freud, Karl Kraus, Arthur Schnitzler). »