Frédérique Théry, Quand les ARN non codants bousculent la biologie moléculaire

Frédérique Théry (Agrégée de science, Enseignante en lycée)
Quand les ARN non codants bousculent la biologie moléculaire

Au début des années 2000, la conception des génomes comme des machines à produire des protéines a été rendue caduque par la découverte inattendue dans les cellules de très nombreux ARN non traduits en protéines : les ARN non codants. Les recherches sur ces ARN, qui assurent des fonctions régulatrices majeures au sein des cellules, ont profondément modifié la représentation que les biologistes se font de l’ADN et des processus cellulaires. Nous nous efforcerons de montrer en quoi ces recherches et les résultats qu’elles apportent reflètent, accompagnent et catalysent des transformations méthodologiques, conceptuelles et théoriques majeures de la biologie moléculaire contemporaine. Nous aborderons plus précisément ce problème à travers l’étude de deux questions conceptuelles : comment définir le concept de gène au niveau moléculaire, et quelle place lui accorder dans les théories biologiques à l’ère post-génomique ? Est-il pertinent de recourir au concept d’information afin d’expliquer les fonctions des acides nucléiques ?