Benjamin Descotes-Genon

CIEPFC
Doctorant
Contact
Axes de recherche

Titre de thèse :
« La notion d’habitude, entre seconde nature et croyance :
les reprises entrecroisées d’Aristote et de Hume dans le spiritualisme et le pragmatisme (19e-20e siècles). »


Directeur(rice)(s) de thèse :
Fédéric Worms (ENS )


Année académique d'inscription (ED 540) :
2014-2015



  Résumé :
La recherche porte sur le problème de l’habitude et propose une généalogie de cette notion aujourd'hui discutée en philosophie de l’action et dans les sciences sociales. La double hypothèse de départ est la suivante : d’une part, il existe deux grandes versions dans la conceptualisation de l’habitude, celle d’Aristote et celle de Hume ; d’autre part, cette dualité a produit des effets dans l’histoire de la pensée moderne et contemporaine. L’habitude chez Aristote est une disposition, pensée en vue d’une prescription de la vie éthique, dans le cadre d’une ontologie finaliste. Chez Hume, c’est un principe de la nature humaine qui détermine la formation de la croyance, et qui permet de décrire nos tendances sous un angle sceptique. La possibilité d’une confrontation et la potentielle convergence de cette dualité de traditions conceptuelles n’est possible qu’à travers l’étude des philosophies qui ont pensé la notion en empruntant aux deux versions, à savoir les courants de pensée spiritualiste et pragmatiste. On examinera donc comment les pensées de Maine de Biran, Ravaisson et Bergson reprennent la question de l’habitude, et on comparera cette reprise à celle que proposent des pensées apparemment hétérogènes, à savoir celles de Peirce, James et Dewey. Les réflexions de Ravaisson et Bergson sur le rôle de l’habitude, comme principe anthropologique d’incorporation en vue de l’action, peuvent être rapproché des analyses de Peirce et de James qui font de la croyance, formée par l’habitude, un pôle de signification pour l’action. L’articulation problématique de la disposition corporelle et de la signification sera ainsi centrale.