Laure Barillas

CIEPFC
Doctorante
Contact
Axes de recherche

Titre de thèse :
« Le temps de la morale chez Jankélévitch, Nabert et Sartre. »

Directeur(rice) de thèse :
Fédéric Worms (ENS)

Année académique d'inscription (ED 540) :
2014-2015



Résumé :
Le problème commun à V. Jankélévitch, J. Nabert et J.-P. Sartre est la difficulté de concevoir une action et une liberté qui ne soient ni matériellement définie ni conceptuellement fixée mais qui se déploie dans un moment crucial. La tension qui peut seule donner lieu au choix libre est celle de la moralité et de la temporalité ; c’est en accordant ces deux principes, qui peuvent aussi bien s’incarner dans la tension entre situation et liberté sartriennes, que dans celle formulée par V. Jankélévitch entre l’instant et la vertu, ou dans celle décrite par J. Nabert entre la délivrance et l’affirmation, que l’acte libre peut se produire. Ces trois tensions, alternatives pratiques, sont formulées différemment au sein de chacune de leur pensée, mais elles sont la même réponse au problème central de l’éthique : comment la liberté est-elle possible ? C’est ce problème central qui unifie la pensée de ces trois auteurs autour d’une intuition rayonnante, celle de la nécessité de faire coïncider critères temporel et moral.