Stéphanie Dupouy

Centre Cavaillès
Maître de conférences
Axes de recherche
Les activités de recherche de Stéphanie Dupouy concernent principalement l’épistémologie et l’histoire (fin du XVIIIe siècle - début du XXe siècle) des sciences psychologiques et médico-psychologiques, et plus largement l’histoire et l’épistémologie des sciences humaines et des sciences de la vie. En particulier, ses travaux interrogent:

• La fabrication de l’évidence empirique dans ces sciences : histoire et méthodologie des pratiques d’observation et d’expérimentation.

• Les normes d’objectivité dans ces sciences: histoire et méthodologie de la disjonction entre faits et valeurs (morales, religieuses, esthétiques).

• L’articulation de ces savoirs aux conceptions de l’individu et de la personne morale (y compris la « persona » savante). Dans cette perspective, ses recherches ont porté plus particulièrement sur :

• L’histoire des approches scientifiques de l’émotion et de l’expression émotionnelle (Thèse de doctorat : « Le visage au scalpel : l’expression faciale dans l’œil des savants, 1750-1880 »).

• L’histoire de la « persona » scientifique (organisation d’un colloque à l’ENS en 2014 sur « Vies de savants et éthique des savoirs : pouvoirs du récit biographique dans les sciences, XVIe-XXIe siècle » ; organisation de journée d’études sur « Savoirs sérieux, savoirs à plaisanterie dans l’histoire des sciences du psychisme », Centre Koyré, Paris).

• Les problèmes épistémologiques posés par l’expérimentation dans les sciences humaines et sociales, en psychologie en particulier (co-organisatrice de l’atelier d’épistémologie des sciences sociales « CoFSS : Comment fait-on des sciences sociales ? »).

Biographie

Ancienne élève de l’ENS Ulm, agrégée de philosophie (1996), Stéphanie Dupouy a enseigné trois ans à l’université Paris I, puis huit ans comme agrégée-répétitrice au département de philosophie de l’ENS Ulm. Depuis 2012, elle est maître de conférences de philosophie à la Faculté de philosophie de l’Université de Strasbourg, où elle enseigne l’histoire et la philosophie des sciences à tous les niveaux du cursus, de la licence à l’agrégation, et où elle a notamment assuré la coordination de la Licence de philosophie en 2013-14. Elle a également une formation en psychologie (Licence et maîtrise) et a effectué plusieurs séjours d’études ou de recherche à l’étranger, en Allemagne (en particulier : chercheuse invitée à l’Institut Max Planck pour l’Histoire des Sciences en 2009), au Canada (chercheuse invitée au CIRST, université du Québec à Montréal, 2013), et aux Etats-Unis. Depuis 2012, elle est trésorière de la Société Française pour l’histoire des Sciences de l’Homme (SFHSH), après avoir été secrétaire de l’European Society for the History of Science (2003-6) ; ainsi que membre du comité éditorial de la Bibliothèque des sciences sociales (BSS), collection numérique de classiques des sciences sociales. Stéphanie Dupouy est membre du centre Cavaillès (République des savoirs) et du Crephac (Centre de recherches en philosophie allemande et contemporaine, Université de Strasbourg).

Publications

2012 (Avec Isabelle Drouet, Laurent Jeanpierre et Florian Nicodème), « Contrefactuels en histoire : du mot au mode d’emploi. Le moment de la new economic history », Labyrinthe, 2012, n° 39 (2), pp. 81-112.

2012  « Entre obligation et consentement : l’eugénisme de personne ? » Sciences sociales et santé, vol. 30, déc. 2012, 4, pp. 65-74.

2011 « The naturalist and the nuances. Sentimentalism, moral values and emotional expression in Darwin and the anatomists », Journal of the History of the Behavioral Sciences, Vol. 47(4), 335-358, Fall 2011. Cet article a été lauréat du 2009 Early Career Award du Forum for History of Human Science [groupe affilié à l’History of Science Society et au Journal of the History of the Behavioral Sciences].

2011 « L’expérimentation dans les sciences humaines », in Philosophie des sciences humaines, Florence Hulak et Charles Girard (dir.), Paris, Vrin, pp. 213-41.

2011 « Déterminisme et responsabilité : le libre-arbitre en question dans le sillage de la naturalisation du crime au XIXe siècle », in Crime et folie (Entretiens de la Fondation des Treilles, 1er-6 nov. 2010), ed. Laura Bossi, Gallimard, 2011, pp. 147-170.

2010 (avec V. Guillin), « Philosophie de l’expérimentation biomédicale », Revue philosophique, 2010, 2, pp. 249-256.

2010 « Les visages électriques de Duchenne de Boulogne », in Le corps humain et l’électricité, Perspectives historiques, XVIIIe-XXe siècles, Ch. Blondel & A. Rassmussen eds., Annales historiques de l’électricité, 8, dec. 2010, pp. 21-36.

2010 « Charles Féré et l’énergétique du système nerveux », in Energie, science et philosophie au tournant des 19e et 20e siècles, D. Ghesquier-Pourcin, M. Guedj, G. Gohau et M. Paty eds., Hermann, Paris, pp. 291-305.