Le sablier renversé: Des Modernes aux Anciens

Résumé :

C’est une histoire à trois temps. 1684 : Baltasar Gracian publie en France son ouvrage L’Homme de cour. Ce sera l’énorme fortune, auprès des courtisans français, des maximes espagnoles qui disent comment se comporter en gentilhomme, sans pour autant jamais ou si peu faire appel à la sagesse antique. De l’homme de cour à l’homme de goût, Gracian propose un type moderne de laïc, aguerri moralement et politiquement, à la mesure des situations insidieuses de conflits guerriers entre Etats de même confession. 1687 : C’est le début en France de la célèbre Querelle des Anciens et des Modernes, qui sera européenne. D’aucuns entendent prouver que l’Antiquité gréco-romaine n’a pas ignoré le conflit, réactivé par Gracian, entre tradition et nouveauté, mais a travaillé à une synthèse entre la maturation au présent et les fondations héritées du passé. Du conflit entre les Abeilles et les Araignées, faut-il conclure à la supériorité morale des Anciens ? 1748 : C’est le retour à l’Antique. Convaincus désormais de leur supériorité sur les Anciens dans l’ordre des sciences et des techniques, les Modernes marquent cependant un retour esthétique et politique aux Anciens, à la lumineuse simplicité de leur style, à la virile liberté de leur civisme, et ils relancent la « guerre des goûts » dans l’Europe des Lumières.

Composante : Respublica Literaria