Séminaire « Corps vivant, corps social, corps historique. Relire Merleau-Ponty à l’aune des sciences sociales et des sciences de la vie »


Détails de l'événement

Cet événement se déroule du 24 janvier 2024 jusqu'au 22 mai 2024. Sa prochaine occurrence est le 6 mars 2024 16:00

  • Lieu: ENS Paris Vème
  • Catégories:
  • Mots-clefs:
  • Prochaines Dates:

Séminaire

« Corps vivant, corps social, corps historique.
Relire
Merleau-Ponty
à l’aune des sciences sociales et des sciences de la vie »

2023-2024

Attention : salles et horaires variables

Affiche_Ars_combinatoria_2017_2018

Adresse :
ENS – 45 ou 46, rue D’Ulm – Paris Ve


Co-organisation :

Guillaume Le Blanc,
en collaboration avec Anne Simon et Anthony Dekhil.

Coordination :
Arto Charpentier.

 
Présentation :
Comment lire Merleau-Ponty aujourd’hui, quel diagnostic du présent sa relecture autorise-t-elle tandis que celui-ci est notamment marqué par les figures de la précarité démocratique, sociale et environnementale jusqu’au point extrême de l’anthropocène ? Dans ce séminaire, nous nous proposons de revenir à Merleau-Ponty afin d’y explorer les différents nouages de l’anthropologie à la biologie, de la politique à la nature, du social au vital par une attention aux pensées du dehors (littérature, arts, sciences humaines) auxquelles Merleau-Ponty n’a cessé de faire retour. Nous essaierons plus particulièrement de mettre en question le présupposé d’un originaire de la chair ou du corps relié à une phénoménologie des sens afin d’expliciter les ontologies sociales qui conditionnent les scènes de donation perceptive du monde. Si le corps humain est également un corps social, un corps national, un corps historique, qu’est-ce qui nous garantit que le corps soit premier dans l’ouverture au monde ? Dans quelle mesure le cadrage social, national, historique n’intervient-il pas pour faire et défaire les corps et les priver de certaines modalités originaires de leur incarnation ? Dans le même sens, qu’est-ce que réinventer la nature aujourd’hui à l’intérieur de ces différents cadrages ? Paradoxalement, la ligne directrice qui concerne l’articulation d’une pensée du dehors à laquelle se réfère Merleau-Ponty ne peut-elle pas servir d’appui pour déconstruire certains éléments de l’ontologie de la chair afin de proposer une réflexion neuve sur nos différents modes d’incarnation ? Jusqu’à quel point est-il possible de refaire une philosophie de la vie, une philosophie de la nature, une philosophie politique et sociale à l’aide des outils conceptuels de Merleau-Ponty ? Ce sont les questions qu’abordera ce séminaire en présence de plusieurs invité.e.s.

Programme :

• 24 janvier 2024, 16h-18h, salle de Conférences (46, rue d’Ulm – RDC)
Guillaume le Blanc, université Paris Cité, « Corps social, corps vital. Éléments pour une théorie sociale des sens »
 
• 7 février 2024, 16h-18h, salle de Conférences (46, rue d’Ulm – RDC)
Judith Revel, université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, « Chaque sujet incarné est comme un registre ouvert… ». Répondant : Anthony Dekhil, doctorant ENS-PSL
 
• 14 février 2024, 16h-18h, salle de Conférences (46, rue d’Ulm – RDC)
Mickaëlle Provost, Centre Prospéro – UCLouvain Saint Louis, « Penser les résistances politiques avec Merleau-Ponty et Fanon ». Répondante : Laetitia Stifani, doctorante Université Paris Cité
 
• 28 février 2024, 13h30-15h30, salle de Conférences (46, rue d’Ulm – RDC)
Jean-Claude Monod, CNRS, « Par delà la dichotomie du social et du vital : conséquences du schéma corporel pour penser le genre, la sexualité et les techniques animales ». Répondant : Xénophon Tenezakis, docteur université Paris-Est Créteil
 
• 6 mars 2024, 13h30-15h30, salle Favard (46, rue d’Ulm – RDC)
Etienne Bimbenet, Université Bordeaux Montaigne, « Éléments pour une anthropologie philosophique merleau-pontienne». Répondant : Arto Charpentier, post-doctorant ENS-PSL
 
• 13 mars 2024, 13h30-15h30, salle de Conférences (46, rue d’Ulm – RDC)
Claudia Terra, Université Paris Sciences et Lettres, « De la complication du marxisme aux aventures de la démocratie. Repenser l’histoire avec Merleau-Ponty et Lefort.». Répondant : Yaël Gambarotto, docteur de l’université Paris-Est Créteil
 
• 20 mars 2024, 16h-18h, salle Favard (46, rue d’Ulm – RDC)
Marco Dal Pozzolo, Université de Bourgogne, « La généalogie du stress chez Canguilhem et Merleau-Ponty ». Répondant : Franck Le Roux, doctorant, université Paris Cité
 
• 27 mars 2024, 16h-18h, Salle des Résistants (45, rue d’Ulm – 1er étage)
Corinne Pelluchon, Université Paris-Est, Marne-la-Vallée, « L’ontologie de la participation de Merleau-Ponty. Perspectives éco-phénoménologiques ». Répondante : Anne Simon, ENS-PSL
 
• 3 avril 2024, 16h-18h, Salle des Résistants (45, rue d’Ulm – 1er étage)
Jocelyn Benoist, Université Paris 1 – Panthéon- Sorbonne, « Il n’y a pas de métaphore entre le visible et l’invisible »
 
• 24 avril 2024, 16h-18h, salle de Conférences (46, rue d’Ulm – RDC)
Matteo Pagan, Ecole Normale Supérieure de Pise, « Le sujet vivant. Repenser la subjectivité avec Plessner et Merleau-Ponty ». Répondant à distance : Pablo Castro, Université autonome de Madrid
 
• 15 mai 2024, 16h-18h, salle de Conférences (46, rue d’Ulm – RDC)
Emmanuel Levine, Université Paris Nanterre, « Enquête sur l’invisibilité sociale. Sens et portée de la phénoménologie critique ». Répondant : Philippe Chanial, professeur de sociologie, Université Paris Cité
 
• 22 mai 2024, 16h-18h, salle de Conférences (46, rue d’Ulm – RDC)
Giovanni Fava, Université Ca’Foscari de Venise, « L’événement entre nature et histoire. Merleau-Ponty face à l’Anthropocène ». Répondant : Christophe Bouton, université Bordeaux Montaigne
 

Contacts :
anthony.dekhil@ens.psl.eu et arto.charpentier@ens.psl.eu