Dakota Root

Équipe : Centre Cavaillès

Statut : 

Axes de recherche

Titre de thèse :
« The Physical and the Digital :
An Investigation of Self-Experience with Technology »
« Le physique et le numérique :
l’expérience de soi à travers la technologie »

Directeur(rice) de thèse :
Peter Burgess (ENS)

Année académique d’inscription :

 

Résumé :
Il n’est plus possible de nous décrire comme évoluant entre le monde physique et le monde digital, car le physique se confond avec le numérique. A l’heure où les pratiques quotidiennes intègrent davantage les systèmes et les outils numérique, il est nécessaire d’étudier comment ces technologies affectent l’expérience et la constitution du soi.
Mes recherches portent sur deux questions liées l’une à l’autre. D’abord, je me demande comment l’expérience de soi est influencée par la numérisation du monde environnant. Ensuite, je m’interroge sur ce que ces modifications signifient pour la compréhension du soi. En s’appuyant sur l’analyse de l’expérience vécue de Merleau-Ponty dans Phénoménologie de la Perception, ce projet évalue les interactions entre technologies numériques et notre capacité de percevoir et de se mouvoir. Lorsque nous étudions l’usage d’outils, nous envisageons la connaissance à l’intersection de l’action et de l’environnement. En s’appuyant sur le concept de « life-shape » de Don Ihde, ma recherche examine pourquoi et comment notre compréhension de nous-mêmes change au fur et à mesure que les technologies numériques s’insèrent dans l’environnement physique.
L’analyse de l’expérience personnelle ne tient pas compte de la façon dont le design de l’interface façonne l’usage. Les appareils et systèmes numériques influencent de plus en plus leurs utilisateurs par leurs fonctions, leurs possibilités d’action et leurs options interactives. Partant du principe que l’environnement est volontairement façonné pour susciter des réponses, ce projet examine comment une approche phénoménologique peut ne pas expliquer complétement la constitution du soi.